Etudier à l’étranger

Etudier à l’étranger

Ce service englobe :

  • L’évaluation des candidats aux études à l étranger
  • La recherche d’universités
  • L’admission dans les universités
  • L’accueil à l’arrivée à l’étranger

 

Étudier à l’étranger est un projet à la fois incroyablement passionnant et intéressant à la fois au niveau personnel mais aussi professionnel. Étudier à l’étranger, c’est l’assurance de parler une deuxième langue et de prouver à tous votre ouverture culturelle.

Si vous avez l’opportunité ou l’envie de partir étudier à l’étranger, saisissez cette chance ! Les avantages sont nombreux, tant pour votre CV que pour votre culture personnelle.

Pour autant, un séjour d’études à l’étranger ne s’improvise pas. Formalités administratives, choix du pays et du cursus, financement, vie sur place : de nombreux paramètres sont à anticiper, plusieurs mois avant le départ.
Dans cette rubrique, vous trouverez de nombreux conseils pratiques pour faire de votre séjour une véritable réussite. Surtout, nous vous proposons des dossiers complets sur 38 pays différents, avec une présentation du pays, des systèmes d’études, et des opportunités qui s’offrent à vous.
>> Vous voulez venir à la rencontre d’universités américaines, australiennes, asiatiques, découvrir leurs programmes d’études, connaître les modalités pour partir

Étudier à l’étranger, les bases pour créer son projet

Postuler à une université à l’étranger

En tant qu’étudiant Camerounais  souhaitant partir étudier dans une université étrangère, les démarches ne sont pas forcément des plus faciles bien qu’elles soient souvent disponibles en Anglais et dans la langue d’origine, les erreurs sont relativement faciles à effectuer.

Voici les règles à respecter  pour partir sur de bonnes bases dans la rédaction de votre candidature.

Faire une liste des dates importantes et des délais :

La première chose à faire est d’écrire clairement les dates limites pour envoyer votre dossier, selon le pays, mais aussi selon l’université, certaines ayant des dates différentes que d’autres. Faîtes aussi une liste de toutes les tâches à accomplir avant ces dates.

Remplissez les formulaires de candidature :

En ligne via leur site internet, ou par dossier à envoyer, les universités quel que soit le pays vous demanderont toujours le même type d’informations personnelles.

  • Une liste de vos formations précédentes
  • Une liste de vos activités professionnelles jusqu’à présent
  • Une liste de vos activités extra-scolaire
  • Une lettre de motivation
  • Savoir si vous avez besoin de postuler à des aides financières (système anglo-saxon)

Les lettres de recommandation :

Elles doivent être écrites par des professeurs qui vous connaissent bien, et qui sont prêt à vous soutenir. Elles sont quasi-systématiquement demandées en anglais, ce qui peut poser quelques problèmes pour les étudiants Camerounais dont les enseignants et professeurs sont rarement bilingue. Dans ces conditions, le professeur d’anglais est le mieux désigné pour vous soutenir, et peut aider un autre professeur à écrire la lettre.

Votre lettre de motivation :

Très fréquente, la lettre de motivation sert à juger de votre … Motivation ! C’est un texte de une à deux page vous présentant, et servant à justifier votre choix de cursus et d’université. C’est aussi l’une des partie les plus difficiles pour les étudiants Camerounais. Prenez votre temps ! En moyenne, la lettre de motivation fait entre 30 à 50 lignes, selon le niveau de formation et l’université visée. Elles sont dans tous les cas souvent plus décelopper

Créer et envoyer un dossier pour une université étrangère est rarement difficile, il faut juste du temps et de la patience. Si vous vous y prenez dans les derniers délais, vous allez avoir du mal à trouver à temps les lettres de recommandation de vos enseignants, alors que vous risquez de bâcler votre lettre de motivation, et ne pas suffisamment réfléchir au choix de vos universités.

Soyez motivé, faîte votre dossier correctement, n’oubliez aucun document, vous aurez plus de chances d’être accepté.Le temps et la motivation sont donc les deux facteurs clés pour obtenir un dossier réussi !

Pourquoi partir étudier à l’étranger ?

Quelles sont les raisons qui peuvent vous pousser à partir étudier à l’étranger ? Des apports personnels aux apports professionnels, les avantages à étudier à l’étranger vous sont présentés de manière détaillée.

Pourquoi un étudiant doit-il partir étudier à l’étranger aujourd’hui ?

Rêve pour certains, contrainte pour d’autres, il n’empêche qu’aujourd’hui partir à l’étranger est devenu un requis minimum sur le CV plus qu’un avantage, pour qui souhaite occuper une place importante au sein d’une entreprise.

Quels seront les bénéfices de cette période passée en terre inconnue? Nous allons voir les différents avantages à partir étudier dans un autre pays que le sien. Ils sont nombreux, certains sont moins évidents que d’autres, mais une chose est sûre, partir à l’étranger est une expérience enrichissante !

L’apprentissage d’une nouvelle langue :

Tout d’abord, et le plus évident, l’apprentissage de la langue sur place. Pour espérer devenir bilingue, il faut pratiquer, et quoi de mieux que d’être dans le pays d’origine pour parler et écouter cette langue? Mais n’allez pas vous faire des d’illusions, même sur place, il vous faudra bien plus de 3 mois avant d’être bilingue. La plupart des gens s’accordent à dire qu’un an sur place en pratiquant régulièrement que ce soit pendant les cours ou en dehors des cours (ce qui est plus difficile, d’autant plus si on se retrouve dans un groupe de francophone) permet d’atteindre un bon niveau dans la langue choisie. Un diplôme s’effectuant en un an s’avère donc être un très bon choix.

Concrètement quels sont les avantages à apprendre une nouvelle langue? Sur le plan professionnel, cela facilite l’insertion et l’ascension au sein de la hiérarchie, étant donné que plus vous êtes à un poste à responsabilités, plus vous avez de chances d’avoir besoin d’une autre langue que votre langue maternelle, les communications avec l’étranger se faisant plus courantes. Sur le plan personnel, outre le fait qu’il est toujours bien vu de parler plusieurs langues, cela peut faciliter vos voyages et les rencontres avec des personnes provenant d’autres pays. Et dans le meilleur des cas, vous pouvez toujours partir vous installer et pourquoi pas vivre dans le pays qui vous a toujours attiré, une fois la langue apprise.

Une nouvelle culture à découvrir :

Vient ensuite l’apprentissage d’une autre culture, si aujourd’hui la mondialisation a fait que la plupart des cultures se ressemblent, surtout en Europe, chacune garde malgré tout ses spécificités.

Il peut être intéressant de voir d’autres modes de vie, d’autres organisations. Cela vous donne une plus grande ouverture d’esprit, et un esprit plus critique sur ce qui se fait au Cameroun, car vous vous rendez vite compte que bien des choses sont meilleures à l’étranger mais le Cameroun garde aussi de nombreux points forts.

Vous pourrez donner plus de forces à vos arguments sur l’ensemble des événements du Cameroun, qu’ils soient politiques ou culturels, car vous aurez des points de comparaison et exemples provenant d’autres pays !

Un indicateur de votre niveau scolaire :

Et oui ! Partir à l’étranger peut aussi montrer que vous avez un bon niveau scolaire et une bonne motivation. En effet, les écoles étrangères sélectionnent sur dossier, et selon votre motivation affichée, de mauvais dossiers passeront systématiquement à la trappe vu la demande sur le marché. Mais cela ne veut pas dire que les dossiers moyens n’ont pas leur chance loin de là ! D’autant plus que certains pays privilégient plus les expériences professionnelles que les diplômes, même lors de la sélection pour une université. Mais pour certaines écoles un excellent niveau scolaire est indispensable !

Au final, on se rend vite compte que partir étudier à l’étranger fait ressortir des avantages non négligeables par rapport à quelqu’un n’ayant pas cette expérience sur le C.V. C’est donc un Joker qui vous fera systématiquement aller dans le haut du classement, que ce soit pour les entreprises ou les grandes écoles si vous souhaitez continuer les études par la suite.

Il faut voir cette expérience comme un moyen de se différencier des autres et de se distinguer de la masse d’étudiants arrivant chaque année sur le marché de l’emploi.

Quand partir étudier à l’étranger ?

Quand partir étudier à l’étranger ? Trouvez le bon moment !

C’est une des premières questions que l’on est amené à se poser dans le cadre de notre projet. Quand partir à l’étranger? A quel moment pourrais-je partir avec enthousiasme, malgré tout ce que je laisse derrière moi? Et à quel moment ais-je le droit de partir, vu mon parcours scolaire?

Ces questions sont récurrentes parmi les étudiants, et restent parfois sans réponse. Nous allons donc voir à quel moment partir à l’étranger paraît judicieux, tant sur le plan professionnel que personnel.

Quelque soit le diplôme que vous préparez, vous devez commencer les démarches  pour partir à l’étranger au moins 06 mois à l’avance  afin de respecter les délais.

A quelle période partir étudier à l’étranger?

Il est admis qu’il vaut mieux partir au minimum un semestre, mais l’idéal est de rester au moins un an voir plus.

C’est surtout au niveau personnel qu’il faut prendre une décision. En effet, les freins dans le cadre de ce projet sont nombreux, une réflexion approfondie est donc nécessaire afin d’éviter les regrets. Partir à l’étranger, c’est abandonner au moins pendant un temps sa famille, ses amis, son cadre de vie et une grande partie de nos habitudes. Il faut donc se sentir prêt à partir, et ne pas le faire trop tôt. Inversement, il ne faut pas attendre trop avant qu’il ne soit trop tard, et que ce départ remette trop de projet en cause.

Au final, chacun a son « bon moment » pour partir, que ce soit seul, avec un ami, sa ou son petit ami, à 18 ans comme à 24 ans, il ne faut en aucun cas oublier que cela ne doit pas être une contrainte mais un plaisir pour que l’expérience soit vraiment bénéfique.

Le Bac : Intégrer une école étrangère après le bac est tout a fait possible.

Partir étudier à l’étranger après le bac présente des avantages importants par rapport à ceux partant au niveau licence ou master, contrairement à ce qui est régulièrement affirmé, mais il faut malgré tout prendre quelques précautions.

La première chose à savoir est que la méthode d’inscription dans un pays étrangers est souvent la même que cela soit au niveau bac ou licence, et peut ensuite différer à partir du niveau master.

Un BTS/DUT

:Il est possible d’intégrer directement en 3ième année de nombreux programmes en 3 ou 4 ans à l’étranger. Ces diplômes comme le Bachelor ou le Bachelor of Honor, sont reconnus au Cameroun en tant qu’équivalent de la licence ou du master 1. Ils vous permettent donc par la suite d’intégrer les grandes écoles ou de poursuivre vos études en université.

Une licence :

Il est possible d’intégrer de nombreuses formations menant à un niveau master, il vous faudra avant tout faire accepter l’équivalence de votre diplôme dans le pays concerné. Dans la très grande majorité des pays, les inscriptions dans les universités à partir de ce cycle (ex : Postgraduate aux Etats-Unis) se font uniquement sur dossier et parfois avec entretien. Les universités sont assez sélectives à partir de ce niveau, et demande souvent de bons résultats.

Partir étudier à l’étranger après une licence est une des pratiques les plus répandues chez les étudiants, et cela s’applique pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’ensemble du corps professoral le conseille car, quelque soit le pays de destination, les formations de ce niveau sont en très grandes majorités des formations de spécialisation et de professionnalisation.

Ainsi, l’enseignement donné est quasiment le même quelque soit le pays pour un type de diplôme donné,  car celui-ci est censé transmettre des connaissances liées à une fonction ou un secteur d’activité précis. Cela facilite à la fois plus la poursuite d’études, mais aussi la compréhension des diplômes par les entreprises lors du recrutement.

Un master :

Les étudiants en master sont les bienvenus dans la plupart des pays étranger, à condition d’avoir un bon voir très bon dossier, une fois l’équivalence du diplôme acceptée. Les recrutements se font donc sur études du dossier. A ce niveau, de nombreuses aides de la part de l’Etat, des organismes et universités sont disponibles.

Pour tout ceux qui souhaitent continuer sur des études très longues, ou tout simplement avoir un apport international sur leur cursus, étudier à l’étranger après un masterest une solution plus qu’envisageable. Si les bénéfices de cette expérience n’auront un impact que sur votre carrière professionnelle et qu’un départ plus tôt aurait été plus bénéfique, partir pour une thèse ou une année de spécialisation a de nombreux avantages.

Premièrement, l’enseignement est encore plus précis qu’auparavant, ce qui signifie qu’au niveau internationnal, les matières enseignées sont quasiment toutes les mêmes dans un diplôme de spécialisation. L’équivalence une fois retourné en au Cameroun n’en sera que facilitée. Mais le principal avantage lorsque le départ se fait après le master, c’est les trés nombreuses bourses disponibles pour les étudiants étrangers.

En effet, les étudiants de niveau bac + 5 ou supérieur étant considérés comme les « cerveaux » du monde, les pays souhaitent faire un maximum pour attirer les meilleurs et les garder au sein de leur instititution, afin bien évidemment de favoriser le développement de la recherche dans leur pays.

Les bourses d’études pour partir à l’étranger

L’obtention d’une bourse d’études est souvent requise pour les étudiants souhaitant faire leurs études à l’étranger. Que cela soit au Cameroun, ou dans le pays d’accueil, il existe des centaines de bourses disponibles délivrées par le gouvernement, des associations, des programmes d’aides ou de soutien, des donateurs ou encore par les universités elles-mêmes

Trouver une bourse pour vos études à l’étranger

Ils existent des centaines de bourses disponibles, et face à cette offre importante, il existe plusieurs méthodes de recherche à respecter pour augmenter ses chances de trouver la bourse que vous aurez le plus de chances d’obtenir.

Face à cette offre importante, il existe de nombreux conseils à suivre pour trouver la bourse que vous pourrez obtenir.

Avec plusieurs milliers de bourses d’études disponibles dans le monde, en trouver une que vous pouvez réussir à obtenir ressemble fortement à chercher une aiguille dans une botte de foin. Voici quelques conseils pour faciliter vos recherches !

Le processus de recherche de bourses d’études :

Pour rechercher des bourses d’études correspondant à votre profil, il existe plusieurs étapes clés à suivre :

1. Validez votre choix de cursus et d’établissements. Malgré le fait que vous n’êtes pas certains de votre admission, restreindre les recherches uniquement à votre profil rend déjà le déroulement plus facile.

2. Une fois votre profil déterminé, consultez directement les sites des universités concernées, et n’hésitez pas à prendre contact avec le service dédié aux étudiants internationaux.

3. Parcourez un maximum de sources d’informations pour trouver une bourse en lien avec votre formation, votre nationalité, votre situation, etc … (Plus d’infos sur les différents types de bourses).

4. Parcourez les sites gouvernementaux. Ils sont souvent une source de liens vers les programmes les plus importants et les plus connus.

Quelques pièges à éviter pour trouver une bourse d’études :

Ne visez malgré tout pas trop large ! Cherchez des bourses d’études prends du temps, essayez de vous restreindre à toutes les bourses que vous pourrez potentiellement avoir, et donc les critères collent un minimum avec vous.Regardez le ratio entre le nombre de demandeurs chaque année et le nombre de bourses offertes, pour vous faire une idée des chances d’obtention.

Faîtes aussi attention au contrainte qu’une bourse peut entraîner, à savoir des stages obligatoires par la suite, du bénévolat… Une fois la bourse acceptée, il faut prendre les fonds mais aussi les conditions qui vont avec ! Pour les meilleurs étudiants, les démarches sont souvent facilitées avec les nombreuses bourses d’excellence disponible au Cameroun et à l’étranger, mais attention, elles sont souvent en quantité très limitée…

Les classements internationaux des universités

Les différents classements mondiaux des universités vous permettent de vous repérer dans le choix de vos établissements. Mais attention, les meilleures universités ne sont pas forcément celles qui vous conviendront le mieux.

Le classement mondial des universités du « Times » est paru pour la première fois en 2004. Le journal du même nom propose une version anglaise des classements mondiaux, avec ses propres critères, et est en concurrence directe avec le classement de Shanghai.

Plus d’infos sur « Le classement du Times« .

Le classement mondial des universités du Times, journal anglais de renommée mondiale, a commencé en 2004 soit un an après la première parution du classement de Shanghai. Si les classements mondial des universités peuvent influencer votre choix, gardez à l’esprit que les classements nationaux semblent être plus appropriés et qu’il faut avant tout trouver une université qui vous convienne, en posant vos propres critères !

Classement des universités du Times, les critères :

Le classement du Times est basé sur 6 critères distincts afin de juger de l’importance d’une école :

  • Nombre de prix Nobel et de médailles Fields parmi les anciens élèves
  • Nombre de prix Nobel et de médailles Fields parmi les chercheurs
  • Nombre de chercheurs les plus cités dans leurs disciplines
  • Nombre d’articles publiés dans Nature et Science
  • Nombre d’articles indexés dansScience Citation Index, et Arts & Humanities Citation Index
  • Performance académique au regard de la taille de l’institution

Comme vous pouvez le voir, le Times part du principe que plus les enseignants, élèves et chercheurs ont de l’influence dans leur domaine et ont participé à de nombreuses publications, plus la qualité de l’enseignement sera excellente. Il est difficile de dire si ces critères sont pertinents ou non, en revanche ils expliquent le mauvais classement des universités européennes, la majorité des publications prisent en compte venant du monde anglo-saxons, l’influence de celles publiées dans d’autres langues en est amoindrie.

Le classement de Shanghai est le premier classement mondial des universités à avoir vu le jour. Disponible pour la première fois en 2003, il repose sur ces propres critères maintes fois critiqués, mais qui malgré tout ont aujourd’hui une influence sur les universités du monde entier.

Shanghai : l’enseignement selon la Chine

Le classement de Shanghai est apparu la première fois en 2003, et a été créé par 4 professeurs de l’université de Jia Tong en Chine. Le succès de leur classement une fois publié a été tel qu’il a fini à par faire le tour du monde en seulement quelques mois, ce qui à conduit les enseignants à continuer l’expérience face à ce succès, et le remettre à jour tous les ans au mois d’aout.

Basé sur des critères que ses créateurs ont jugé représentatifs du niveau d’une université, ce classement est néanmoins critiqué de par le fait qu’il met en avant la recherche menée au sein des universités au détriment de la qualité d’enseignement. Ainsi, la logique fait que plus l’université a de moyens, plus elle se retrouve proche du haut du classement.

Le classement de Shanghai doit donc vous donner une indication sur la taille et la renommée d’une université, mais en aucun cas de la qualité d’enseignement qui y est promulgué !

Le classement Webometrics apporte une approche différente afin d’évaluer les universités. Celui-ci s’intéresse uniquement à leur présence et leur rénommée sur internet, avec ses propres critères de popularité, et a dressé un classement des 4000 universités les plus présentes sur internet.

Le classement Webometrics propose une approche différente des autres classements mondiaux. En effet, celui-ci a pour but d’évaluer la présence des universités sur internet, et non leur niveau d’enseignement ou de recherche. Ils se basent avant tout sur la quantité du contenu présent sur le net, et l’accessibilité du site de l’université en question.

Le classement Webometrics, les critères :

Le classement se base sur plusieurs critères en lien avec le référencement dans les principaux moteurs de recherche :

  • Le Nombre de pages du site : Nombre de pages récupérées par 4 moteurs Google, Yahoo, Live Search et Exalead
  • La Visibilité : Nombre de liens extérieurs (backlinks) pour le site que l’on peut obtenir en interrogeant  Yahoo Search, Live Search et Exalead
  • Les Fichiers téléchargés : les formats suivants ont été sélectionnés : Adobe Acrobat (.pdf), Adobe PostScript (.ps), Microsoft Word (.doc) y Microsoft Powerpoint (.ppt). Il faut alimenter les moteurs en fichiers. On compte aussi le nombre de fois que les fichiers sont téléchargés
  • Les publications Académique : Google scholar donne le nombre d’articles et des citations par domaine des articles publiés dans le site.

Le classement Webometrics, la critique :

Si le classement semble intéressant à consulter, il faut savoir interpréter sa réelle utilité. La présence d’une université sur internet dépend en grande partie de sa renommée pour les internautes, plus le site d’une université a de liens pointant vers elle sur le net, plus elle semble populaire. Le nombre de pages du site indique aussi la quantité de contenu mis à disposition des internautes, idem pour les fichiers disponibles au téléchargement.

Cependant ces indicateurs ne doivent pas être pris comme un indice de renommée sur le net, et pour plusieurs raisons. Premièrement, un internaute mécontent parle plus qu’un internaute satisfait. Le résultat de cette règle déjà démontrée par le passé par Google, remet en cause l’indice des backlinks. En effet, les avis négatifs des internautes avec un lien vers le site de l’université en question comptent en tant que vote positif pour le classement.

Deuxièment, si le nombre de pages du site et de fichiers mis à disposition indiquent que le contenu sur le site est important, il ne juge en rien sa qualité, mais uniquement sa quantité. Seul l’indice Google Scholar semble prendre en compte la qualité du contenu.

C’est donc à nouveau un autre classement à consulter pour s’informer, mais celui-ci ne doit pas avoir de poids lors du choix de votre université.

Etudier à l’étranger par Cet article a 0 Commentaire(s) Étudiez dans les meilleurs universités à travers le monde, vivez des expériences nouvelles et passionnantes Etudier à l’étranger
Thanks for inviting your friends. Please try other network if you wish.

Invitez vos amis
à visiter ce site !

Invitez
vos amis
à visiter
ce site !

Newsletter Ne ratez plus rien, Inscrivez-vous à notre lettre d’information dès maintenant !!!

+